Costi à Bergerac: un musée invisible, même plus virtuel…

Vous avez jusqu’à ce soir du 30 août pour aller visiter le Musée donation Costi situé dans les salles voutées du médiéval Presbytère Saint-Jacques de Bergerac. Sinon il faudra attendre les journées du patrimoine, si la Mairie n’oublie pas comme il y a deux ans de le rouvrir à cette occasion. Vous ne pourrez même plus en faire une visite virtuelle car le beau site http://www.bergerac.fr/EspCulture/costi/coeuvres.htm est depuis quelques mois fermé. Provisoirement? Nous n’osons croire que le défaut de ce site est d’avoir été ouvert par le maire précédent. Rappelons qu’en 2000, le sculpteur grec Costi (Athènes 1906-Paris+2004), dernier élève de Bourdelle, nous demandé d’organiser la donation de 52 bronzes, 7 plâtres, 7 dessins à la Ville de Bergerac. Le Conseil municipal de l’époque a accepté à l’unanimité le 30 mars 2000. Le 13 février 2001, le député Daniel Garrigue, alors maire de Bergerac et Jean-Charles Gauthier, adjoint à la culture, sont venus à Paris remettre la médaille de la Ville de Bergerac à l’artiste donateur. Un beau musée de 220 m2 a été aménagé et inauguré le 21 juin 2001. Bergerac a bénéficié d’un financement de la Région et de l’Etat, ce qui implique l’obligation évidente d’ouvrir le musée au public. Dans un premier temps, le Musée donation Costi a été ouvert les deux mois d’été, mais rapidement il aurait dû pouvoir accueillir Bergeracois et touristes une grande partie de l’année. Or avec le changement de majorité à la Mairie, cette obligation légale semble avoir été oubliée. Sur le site de la mairie, http://www.bergerac.fr/Culture/Les-musees deux musées sont signalés à présent, celui du tabac et celui de la batellerie, mais le Musée Costi est « oublié ». Est-ce un premier pas vers sa liquidation? A plusieurs reprises, nous avons écrit Dominique Rousseau, maire actuel, pour lui proposer de le rencontrer et de lui faire part de nos idées sur la valorisation du musée, au profit de la ville, de ses habitants et de la Région. Nous avons rappelé que l’agence officielle Atout France a publié le rapport http://www.atout-france.fr/publication/visite-culturelle-tic dans lequel nous expliquons comment un musée devient un centre de création de valeur culturelle, économique et humaine si on en fait le foyer d’un écosystème de collaborations. Nous avons aussi proposé de restaurer gracieusement l’une des statues, celle d’Emilio Terry (http://fr.wikipedia.org/wiki/Emilio_Terry) dont la patine s’écaille tristement…Nous pourrions réparer cela en quelques minutes…Mais pas de réponse concrète. Nous avons donné un coup de gueule dans la presse http://www.dailymotion.com/video/xf4f9h_bergerac-les-possibilites-du-musee_news .  Assez étonnant, être invité par Rennes métropole http://www.ouest-france.fr/2012/03/13/rennes/-Comment-peut-on-redevenir-innovant–62423230.html, Angers-Loire-Métropole, Versailles, etc…mais ne pouvoir dialoguer à Bergerac où l’on passe tant de beaux jours depuis un quart de siècle…Tout cela peut être traité avec ironie dans le style de Clochemerle, mais au delà des rivalités politiciennes et personnelles, il y a le devoir de continuité de l’Etat et d’assumer le bien public. Bergerac est malheureusement l’exemple d’une erreur stratégique courante, sinon dominante en France: on « fait de la culture » parce que c’est « bien », mais on manque de plus en plus de crédits, alors que si l’on considérait qu’un musée est un atout à valoriser (et donc à rendre visible!!!) pour l’attractivité de la ville, pour développer aussi des activités culturelles avec les écoles, les associations, la CCI, la jeune Chambre, le CJD, etc…on créerait les ressources nécessaires pour faire vivre l’ensemble et le financer. Un exemple: le site « culture » de la mairie est en français seulement. Heureusement celui de l’office du tourisme est en 5 langues…mais il n’offre aucun renseignement sur le Musée Costi…. Or si la Mairie mobilisait les classes de langue de la ville, sans grands frais le site municipal aussi deviendrait  multilingue ce qui est la moindre des choses si l’on se targue d’accueillir tant d’Européens non francophones. Nous venons de l’expliquer en Italie. En Italien. Evidemment, nous ne parlons pas la langue d’oc…

Arlette et André-Yves Portnoff

Emilio Terry (voir Wikipedia) avec qui a travaillé Costi a été l’un des plus grands décorateurs des années 50-60, notamment pour le milliardaire Beistegui, à Venise (Palais Labia) et au château de Groussay, décoré aussi par Costi.

Ce buste a été réalisé par Costi à Versailles, dans son atelier qui servait de décor au film La Récréation (1961, d’après Françoise Sagan) avec Christian Marquand et Jean Seberg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Emilio_Terry

Publicités

A propos andreyvesportnoff

André-Yves Portnoff docteur ès sciences physiques, a été chimiste, chercheur en métallurgiste nucléaire au CEA avant de devenir journaliste à l’Usine nouvelle puis de diriger pendant dix ans Sciences & Technique, revue de prospective technologique. Co-auteur en 1983 du premier rapport français sur l’économie de l’immatériel (La Révolution de l’intelligence ) André-Yves Portnoff est consultant en innovation et conduite du changement, chercheur indépendant en partenariat avec le groupe de prospective Futuribles où il a développé un outil d’autodiagnostic des organisations basé sur les facteurs immatériels. Il enseigne notamment dans le MBA de la HEG de Fribours (Suisse). Avec Futuribles et Hervé Sérieyx (coauteur de Aux actes, citoyens ! Maxima éditeur) http://www.priceminister.com/nav/Livres/kw/andre%20yves%20portnoff Il mène actuellement une campagne pour la ré-industrialisation de la France et le retour de l’Europe à l’économie réelle. « Aux Actes Citoyens – de l’indignation à l’action » Ou comment transformer l’indignation pour qu’elle devienne constructive? Comment des initiatives innovantes peuvent transformer nos sociétés ? Soit, le pari de l’intelligence....des puces, des souris et des hommes Jean Michel Billaut: Connaissez-vous André-Yves Portnoff from Paris ? Aux actes citoyens : les e-pap http://www.dailymotion.com/video/xlmjrd_made-in-france-in-europe-andre-yves-portnoff-aux-actes-citoyens_news La Tribune: http://www.latribune.fr/opinions/20111109trib000662913/reindustrialiser-questions-de-confiance-.html L’Expansion : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-grosses-entreprises-en-france-empechent-la-croissance-des-pme_264749.html En chanson : http://www.dailymotion.com/video/xjetbe_aux-actes-citoyens_news Commentez: http://fr-fr.facebook.com/pages/Aux-actes-citoyens-De-lindignation-à-laction/14815372191829 et http://www.facebook.com/profile.php?id=719057033&ref=tn_tnmn
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Costi à Bergerac: un musée invisible, même plus virtuel…

  1. correctif à la première légende: le nom est Emilio Terry et non pas Théry. mea culpa…A-Y P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s